31 janvier 2023

Peut-on éviter un accouchement prématuré ?

S’il n’y a pas de problèmes réels qui augmentent le risque, prendre soin de soi et mener une vie aussi calme que possible peut suffire pour qu’un bébé naisse à temps.

Le suivi de grossesse n’a jamais été aussi exhaustif ni aussi ponctué d’examens médicaux qu’aujourd’hui. Mais tout cela n’a pas empêché le taux de prématurité de presque doubler ces 20 dernières années, touchant actuellement 8 % des naissances.

Une réalité qui pose de sérieux problèmes de santé et pour les familles. Peut-on faire quelque chose pour prévenir une naissance prématurée ? La cause n’est pas toujours connue, sauf dans les cas évidents comme les grossesses gémellaires ou lorsqu’il y a un problème avec l’utérus.

Cependant, une attention de plus en plus grande est portée au rôle joué par le mode de vie des femmes, occupées par leur insertion dans le monde du travail : leur niveau de stress, leur manque de repos ou leur surcharge physique ou mentale au travail.

Accouchement prématuré : peut-on l'éviter ?
Accouchement prématuré : peut-on l’éviter ? Pixabay @SeppH

Accouchement prématuré : quand peut-on considérer que bébé est prématuré ?

Un bébé est considéré comme prématuré lorsqu’il naît avant 37 semaines de gestation (la normale est d’environ 40 semaines).

Pourtant, à 37 semaines ou même plus, certains bébés ne sont pas assez mûrs pour naître et présentent des caractéristiques qui les rendent plus vulnérables et sujets à des problèmes respiratoires ou d’adaptation, des infections et des maladies. C’est pourquoi, lorsqu’il est nécessaire de provoquer le travail ou de programmer une césarienne, on choisit un jour le plus proche possible de la date d’accouchement et, en général, on attend qu’il démarre spontanément, sauf exceptions véritablement justifiées dans dont une complication rend nécessaire l’accouchement précoce.

Il y a des femmes qui, à un moment donné de la seconde moitié de la grossesse, remarquent des contractions. Dans la plupart des cas, ce n’est pas une menace réelle, car le col de l’utérus ne s’ouvre pas. Ce sont généralement les contractions dites « d’entraînement » qui commencent à être remarquées dans les dernières semaines de la grossesse et qui servent à mûrir progressivement le col de l’utérus et l’utérus, les préparant à l’accouchement. Ce sont des contractions douces, indolores et sans rythme. Si les contractions sont douloureuses, rythmées et ne s’arrêtent pas au repos, vous devez vous rendre au centre médical.

Mais lorsqu’ils sont douloureux et rythmés, et qu’ils ne disparaissent pas avec le repos, il est conseillé de se rendre dans un centre médical. La décision de soigner ou non la femme enceinte pour éviter un accouchement prématuré dépendra de l’état de la mère et du bébé, de l’état de la poche des eaux et de la longueur et de la forme du col mesurées par échographie.

Si le risque est élevé, car le sac s’est rompu et/ou le cou s’est dilaté, la possibilité d’admettre la femme enceinte dans un centre spécialisé dans la prise en charge des prématurés sera envisagée.

Accouchement prématuré : les principales raisons

Dans certains cas, certaines circonstances augmentent le risque d’accouchement prématuré.

  1. Grossesses gémellaires ou multiples. La date probable d’accouchement est un mois plus tôt, surtout lorsqu’il n’y a qu’un seul placenta, car il peut arriver un moment où il n’a plus la capacité de nourrir deux bébés. La grande distension de l’utérus peut également déclencher le travail, ainsi qu’une rupture prématurée du sac amniotique.
  2. Incompétence du col de l’utérus. Les fibres musculaires qui ferment le col de l’utérus sont puissantes et maintiennent la grossesse jusqu’au bout, mais chez certaines femmes elles ne sont pas assez fortes ou sont très dilatées. Ceci est généralement découvert lorsque des tests sont effectués après avoir eu un bébé prématuré ou des fausses couches répétées de plus de trois mois. Parfois, il est également découvert pendant la grossesse et peut être mesuré par échographie. Lorsqu’une véritable incompétence cervicale est diagnostiquée, le traitement consiste à placer une petite suture dans le col de l’utérus à la fin du premier trimestre, qui est retirée à 37 semaines.
  3. Surmenage, fatigue, stress. Il n’y a toujours pas de reconnaissance sociale du « travail » que représente le portage d’un bébé et de nombreuses femmes enceintes travaillent des journées interminables et épuisantes lorsqu’elles combinent leur activité professionnelle avec les responsabilités familiales. Pour les professionnels, il devient chaque jour plus évident que le nombre croissant de naissances prématurées est directement lié à l’activité professionnelle et aux doubles horaires des femmes enceintes. D’autre part, les soins prénatals qui mettent l’accent sur tout ce qui peut mal tourner entraînent souvent une inquiétude et un stress importants pour la femme enceinte, souvent inutilement, ce qui affecte également le bébé.
  4. Infections urinaires. Une infection urinaire persistante, surtout si elle atteint le rein, peut déclencher des contractions de l’utérus et, dans certains cas, entraîner un accouchement prématuré. Il est commode de le détecter et de le traiter.
  5. Maladies de la mère. Hypertension, diabète compliqué, troubles thyroïdiens, problèmes cardiaques, infections pelviennes, malformations de l’utérus…
  6. Rupture prématurée des membranes amniotiques. La cause n’est pas toujours évidente, mais on sait qu’une infection latente peut souvent être derrière un sac rompu. Le corps est sage et « force » le bébé à naître avant qu’il ne puisse développer une infection grave dans l’utérus.
  7. Complications de grossesse. En fait, ce sont des troubles rares : hydramnios (augmentation excessive du liquide amniotique), hémorragie placentaire, décollement placentaire ou retard de croissance sévère du bébé qui nécessite un accouchement prématuré.
  8. Inductions de travail. Lorsque le placenta ne fonctionne pas bien, le bébé peut ne pas recevoir suffisamment d’oxygène ou de nutriments. C’est le cas des femmes atteintes de prééclampsie sévère, de diabète mal compensé ou d’hypertension, ou d’autres maladies rares. Dans ces circonstances heureusement rares, il peut être nécessaire de déclencher le travail. D’autres circonstances, telles qu’un décollement placentaire ou une hémorragie, peuvent nécessiter un accouchement d’urgence ou par césarienne. Dans ces cas, il vaut mieux que le bébé naisse prématurément que de souffrir dans l’utérus. Les inductions pour d’autres raisons doivent être évitées en raison des effets néfastes sur votre santé. Ce n’est pas la même chose de naître à 37 semaines qu’à 40, ou à la date à laquelle le bébé intra-utérin est définitivement mature et commence le travail.

Si elle a déjà eu un accouchement prématuré, la femme aura des examens plus fréquents. De plus, le médecin vous aidera à mieux prendre soin de vous, à reconnaître les signes de menace de travail et à détecter les problèmes à temps. Si possible, une consultation pré-grossesse serait également intéressante pour démarrer la grossesse dans des conditions de santé optimales.

Dans le cas d’une grossesse gémellaire ou multiple, la nécessité de réduire le rythme de vie et de prendre soin de soi dès le début de la grossesse est encore plus grande. Avec une grossesse gémellaire, ralentir et prendre soin de soi dès le début est primordial. Si vous avez besoin de faire une pause dans votre travail, vous ne devez pas passer les précieuses semaines du congé de maternité post-partum – qui sont rares dans notre pays – mais opter pour un congé de maladie.

Naissance prématurée de bébé, style de vie de la maman

Tout ce qui arrive à la mère, tant physiquement qu’émotionnellement, affecte directement le bébé… mais les femmes continuent à travailler au même rythme pendant la grossesse. Et nous sommes obligés de prendre soin de nous.

  • Il convient de réduire son activité, de dormir au moins huit heures et de faire une petite sieste tout au long de la journée.
  • Garder le stress sous contrôle est essentiel. Les femmes optimistes ont moins de naissances prématurées, probablement parce qu’elles vivent moins de stress. Pratiquer le yoga ou une discipline similaire aide à apprendre à se détendre consciemment.
  • La nourriture est cruciale. Il est essentiel de manger quotidiennement des légumes et des fruits frais, d’éviter les graisses saturées et les sucres raffinés, de prendre des acides gras oméga-3 (noix, graines de citrouille) et des suppléments (iode, acide folique) selon les conseils du médecin. Mangez moins et plus souvent.
  • Le tabac et l’alcool sont très nocifs pour le bébé. Le tabagisme fait vieillir le placenta prématurément et diminue l’apport d’oxygène au bébé.
  • Développer un nouvel être est un travail à plein temps qui, combiné au travail professionnel et aux soins de la famille, peut être une grande surcharge physique. Essayez de reconnaître les signes de fatigue et accordez-vous autant de respirations que vous le pouvez.

Signes d’accouchement prématuré qui nécessitent une attention

Peut-on distinguer ce qui est normal et ce qui ne l’est pas pendant la grossesse ? Il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin si nous remarquons l’un de ces symptômes :

  • Contractions utérines qui se répètent rythmiquement et à des intervalles de moins de 30 minutes, avec une intensité croissante, douloureuses et qui ne s’atténuent pas avec le repos. Elles ne doivent pas être confondues avec les contractions normales des deux ou trois derniers mois –semblables à des douleurs menstruelles indolores ou légères–, qui surviennent de manière isolée ou lors d’efforts physiques tels que soulever des poids, monter des escaliers ou avoir des rapports sexuels. Ils sont tout à fait normaux : l’utérus « s’entraîne » et réagit en se contractant à certains stimuli ; puis il se détend et ne se contracte plus.
  • Rupture de la poche des eaux avant d’être à terme. Le liquide amniotique est clair et fluide comme l’eau; il est important de ne pas le confondre avec les sécrétions vaginales, plus abondantes vers la fin de la grossesse. Si le liquide amniotique fuit et qu’il est de couleur verte, vous devez vous rendre à l’hôpital sans tarder.
  • Saignements vaginaux abondants. Elle peut être due à un décollement placentaire ou être une hémorragie causée par un placenta praevia, qui obstrue totalement ou partiellement l’ouverture du col de l’utérus. Dans ce cas, vous devez vous rendre immédiatement aux urgences. Si du mucus teinté de sang a été expulsé, c’est le bouchon muqueux qui recouvre le col de l’utérus et qui est expulsé dans les semaines ou les jours précédant l’accouchement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *